Les 5 tendances de l’IoT en 2021

  Même 2020 n’a pas ralenti l’expansion du nombre d’appareils connectés sur le globe. Ils devraient atteindre les 35 ...


 

Même 2020 n’a pas ralenti l’expansion du nombre d’appareils connectés sur le globe. Ils devraient atteindre les 35 milliards en 2021* ! Il ne s’agit pas que d’une montée en volume : l’IoT est traversé par de nombreux bouleversements technologiques, comme les connexions satellitaires ou l’intelligence artificielle. 

Ces tendances de fond sont à connaître pour prendre les bonnes décisions sur vos projets d’Internet des Objets ! Nano-satellites, wearables, 5G, AI et rétrodiffusion : voici les 5 tendances les plus marquantes de l’IoT en 2021.

Avant de nous lancer dans cet article, voici une information qui pourrait vous intéresser.

Le SIDO, salon leader dans l'IoT, l'IA et la robotique va ouvrir ses portes avec 2 éditions : 

- Lyon les 22 et 23 Septembre 2021

- Paris les 9 et 10 Novembre 2021

L'occasion de découvrir les dernières nouveautés dans l'IoT.

Pour recevoir venir au salon, inscrivez-vous sur cette page puis laissez-vous guider ! 

SIDO 2021 Rtone

 

L’IoT par satellite, enfin à grande échelle

En 2021, le satellite sera plus que jamais la réponse aux besoins de connectivité globale de l’IoT. La connectivité satellitaire était jusqu’à maintenant réservée à quelques usages, limitée par ses coûts énergétiques, un faible volume de connexions simultanées et un investissement important. Les récentes avancées sur la technologie LP-S2S (Low-power sensor-to-satellite) devraient permettre de démocratiser l’IoT spatial en 2021.

 

Pourquoi connecter l’IoT aux satellites ?

Plusieurs projets de nano-satellites dédiés à l’IoT seront à l'œuvre courant 2021. La tendance est incarnée par plusieurs réseaux, dont une demi-douzaine d’initiatives rien que dans les pays de l’Union Européenne. En France, c’est le projet Kinéis qui porte les efforts du CNES.

L’IoT satellitaire devrait être la grande tendance de 2021. Elle a l’avantage de proposer une connectivité globale en continu. La demande provient de la logistique, de l’industrie, mais aussi d’usages grands publics. Elle permet à l’IoT de défricher de nouvelles régions hors de portée des réseaux terrestres : les objets connectés pourront fonctionner au milieu de l’océan ou sur la nouvelle route de la soie, avec des applications pour le transport routier ou ferroviaire, les porte-conteneurs, les navigateurs, les bateaux de plaisance, etc… Des usages sont aussi en friche dans l’agriculture, pour le traçage animalier notamment.

 

Kinéis, Totum… Les nano-satellites au service de l’IoT

Si elle n’est pas nouvelle, cette connectivité globale s’apprête à voir ses coûts divisés. Les nouveaux protocoles (comme le DMSS de Totum) sont beaucoup moins gourmands en énergie. Par rapport à la connectivité satellitaire existante, ils gèrent beaucoup plus de connexions en même temps, ce qui va permettre à l’IoT global d’opérer un changement d’échelle.

Une série d’investissements devraient faire bouger les lignes en 2021. On attend beaucoup de Kinéis, héritier du système Argos et initiative de l’agence spatiale française (CNES). Soutenu par des fonds privés et publics, Kinéis va bientôt lancer 25 nano-satellites pour une connectivité entièrement dédiée à l’IoT. Aux États-Unis, le californien Totum Labs a récemment levé 10,7 millions d’euros pour développer ses capteurs satellitaires à basse consommation. 

 

L’IoT autosuffisante : systèmes sans batteries et rétrodiffusion

L’IoT sans batterie par récupération d’énergie

En 2021, le fossé va encore se réduire entre la consommation de l’IoT et la capacité des systèmes à récupération d’énergie. Des percées technologiques récentes permettent d’envisager de plus en plus d’appareils sans batterie, fonctionnant sur le recyclage énergétique des sources environnantes.

La récupération d’énergie consiste à collecter et à convertir de petites sources d’énergie. Celle-ci peut provenir du soleil, des mouvements, de la chaleur, du son, des ondes radio, des vibrations… Un exemple avec ce prototype de Gameboy sans batterie : développé par des chercheurs des Universités de Northwestern (États-Unis) et Delft (Pays-Bas), il fonctionne en recyclant la lumière et l’énergie de la pression sur ses boutons.

Ce type d’invention permet d’envisager de plus en plus concrètement des appareils complexes fonctionnant sans batterie. Avec ou sans autosuffisance, ces modes de fonctionnement extrêmement économes en batterie devraient permettre à l’IoT de conquérir de nouveaux usages en 2021, en étendant la durée de vie des appareils complexes.

 

Le backscattering, pour des capteurs à neutralité énergétique

Toujours sur la sobriété énergétique, le backscattering permet à l’IoT de fonctionner avec extrêmement peu de ressources. Cette technologie alimente des capteurs et objets connectés sans batterie, grâce à la "rétrodiffusion" des ondes environnantes. 2021 devrait voir la tendance s’affirmer avec plus d’appareils autoalimentés par ondes WiFi ou transmettant des données grâce à ces ondes.

Dans la même lignée, la start-up californienne Wiliot a développé de très petits stickers connectés sans batterie, leur proférant ainsi une durée de vie illimitée. Ces stickers sont dotés d'un processeur et de capteurs (température, pression atmosphérique, localisation), dont les ondes environnantes perdues (radio, Wifi, Bluetooth) sont utilisées à la fois pour alimenter le capteur (energy harvesting) et sont "réfléchies" et remodulée sous forme de Bluetooth, - c'est le principe même du backscattering. Ces petits modules, développés à bas coût et de la taille d'un timbre poste, peuvent ainsi être collés n'importe où et tracker n'importe quel petit objet, même sans grande valeur : ils ont déjà été testés sur des bouteilles de vin, des cartons à pizza et des enveloppes, mais on peut aussi penser à des vêtements ou des colis. Cela a d'ailleurs attiré l'intérêt des géants de la tech et du consumer qui ont fait confiance à la start-up de maintenant 45 personnes et ont participé à ses levées de fonds (Amazon, Smasung et PepsiCo, pour ne citer qu'eux, pour un total de 70 millions de $ levés). Un usage qui a de l'avenir !

En 2021, l’IoT à ultra-basse consommation va placer des capteurs dans des endroits inattendus. C’est ce qu’ont accompli des chercheurs de l’université de Washington : grâce à la rétrodiffusion et à la réduction des composants électroniques, leur expérience a permis d’utiliser l’IoT pour équiper les objets les plus surprenants (comme une boîte de céréales, un tube de médicaments ou un détecteur de fuite).

tendances IoT satellite IA 5G smart health

AIoT, l’intelligence artificielle des objets

L’intelligence artificielle avait déjà été anticipée comme une grande tendance de l’IoT en 2020. L’année en cours verra toujours plus d’avancées dans la maintenance prédictive et la gestion des maladies chroniques. La convergence de l’AI (artificial intelligence) et de l’IoT a déjà son acronyme : AIoT, ou AI of Things.

En 2021, l’AI va gagner toujours plus d’applications dans les objets connectés intelligents. La livraison par drones, par exemple, pourra utiliser des IA pour optimiser ses itinéraires en intégrant les données de trafic. En gestion de flotte, l’intelligence artificielle sera mise à profit pour monitorer les véhicules, optimiser l'utilisation du carburant et gérer la maintenance préventive.

Centralisée ou au plus près du terrain avec l’edge computing, l’IA permet de tirer le meilleur des données collectées et de prendre des décisions de gestion sans intervention humaine. De très, très nombreuses applications sont aussi à attendre du côté de la maison intelligente ! Purificateurs d’air, aspirateurs autonomes, thermostats, éclairages… Tous pourront utiliser l’AIoT pour prendre les meilleures décisions en temps réel grâce aux données des capteurs.

 

La 5G, coup de boost pour l’IoT en 2021

Initié fin 2020, le déploiement de la 5G va réellement impacter l’IoT dans le courant de l’année 2021. En France, les premières offres commerciales grand public ont été lancées en novembre 2020. L’IoT est directement concerné : la 5G décuple la rapidité des connexions, ainsi que leur volume (jusqu’à 1 million de connexions par kilomètre carré).

La 5G est la clé pour permettre à l’IoT grand public de passer à l’échelon supérieur. Les applications sont infinies, et sont notamment en pointe dans les secteurs de l’IoT de grande consommation ou industriel. En particulier, la 5G va aider l’IoT à se développer dans les domaines ou le volume de datas est important : équipements médicaux, télémédecine, véhicules autonomes ou pilotés à distance, etc…

> Pour en savoir plus sur la 5G, revoyez la présentation d'Alexis Duque

 

Smart Health : des « wearables » de plus en plus imperceptibles

L’IoT se caractérisera en 2021 par des capteurs de plus en plus miniaturisés et au plus près de la peau. Cela permettra au marché des équipements « wearables » de poursuivre son expansion continue.

Les dispositifs « portés » bénéficiaient déjà d’un contexte ultra favorable pendant l’année écoulée. Les préoccupations pour la santé, déjà dans l’air du temps, ont été renforcées par la crise du coronavirus. Pour l’IoT grand public, une forte demande existe pour la surveillance de ses propres signaux de santé, au quotidien ou pendant l’activité sportive.

La tendance s’accompagne de capteurs plus imperceptibles que jamais. Résultat, selon Gartner, le marché de l’IoT wearable va poursuivre son ascension fulgurante. Le cabinet de consulting table sur une croissance de +36% entre 2020 à 2022, jusqu’à 77,7 milliards d’euros au niveau mondial.

 

Quels seront les principaux dispositifs wearables en 2021 ?

Tout en haut des ventes, l’étude de Gartner prévoit toujours les mêmes valeurs sûres : appareils connectés portés à l’oreille, bracelets et autres montres connectées.

Mais les capteurs miniaturisés vont devenir tellement imperceptibles en 2021 que d’autres types d’appareils vont suivre. C’est la smart health, ou santé intelligente, qui sera directement concernée. Le boom des patchs intelligents est attendu : collés sur la peau, ces capteurs permettent de surveiller des indicateurs de santé (température, fréquence cardiaque, glycémie, etc…).

Des concepteurs de projets IoT insèrent aussi des capteurs dans des dispositifs plus originaux. On peut citer l’anneau connecté (Oura Ring), le dispositif intégré dans les sous-vêtements (Spire Health Tag).

 

Vous êtes prêt à concrétiser des projets IoT en surfant sur les dernières tendances ? Rtone est à votre écoute ! Vous pouvez en savoir plus en téléchargeant notre livre blanc « Les 5 points clés pour réussir dans l’IoT » :

Guide : comprendre les objets connectés

* Source : Profitfromtech

Articles similaires