Shenzen : le plus grand écosystème hardware du monde

Ecosystème hardware de shenzen

Il y a quelques années, Adrien Desportes et moi-même avons visité la région de Shenzhen pour en savoir plus sur l’écosystème de fabrication chinois. Notre visite a également été propice à l’étude de nos diverses opportunités de production en Chine.

Au cours de ce déplacement, nous avons pu observer et découvrir un écosystème dont nous tirons déjà parti au quotidien. Un grand nombre des produits (et pas uniquement des produits high-tech !) que nous utilisons chaque jour provient de cette région.

Pendant ces 5 jours, nous avons visité plusieurs types de structures :

  • Un EMS (une société de fabrication de composants électroniques) réalisant des PCB (circuits imprimés) et des PCBA (assemblages de circuits imprimés)
  • Des usines de moulage par injection et de finition plastique
  • Des usines d’assemblage travaillant sur les produits issus des sites ci-dessus

Certaines de ces entreprises sont dotées de bureaux d’études internes qui vous aident à optimiser vos coûts de conception, voire à concevoir intégralement votre produit si besoin est.

Nous nous sommes également rendus à Huaqiangbei, l’un des marchés les plus importants du monde en ce qui concerne les composants électroniques. Enfin, nous avons également pu observer les aspects humains et comprendre les questions de propriété intellectuelle au sein de cet écosystème.

 

L'EMS

Nous avons visité un EMS relativement petit, comptant environ 350 employés pour un site de 10 000 m². L’usine réunissait de nombreuses machines SMT (Surface-Mount Technology, technologie de montage en surface) :

  • distributeurs de pâte à braser
  • robots pick-and-place
  • fours de brasage à vague et par refusion…

Outre les rangs de machines SMT, un grand nombre d’opérateurs se tenaient en ligne, attelés à des vérifications visuelles, à des tests sur les cartes à l’aide de machines à rayons X ou à la programmation des équipements. Pour des raisons techniques, certaines opérations manuelles étaient réalisées dans d’autres ateliers : notamment l’assemblage de certains connecteurs perforés et d’autres composants spéciaux.

À chaque étape, un contrôle qualité approfondi était mis en œuvre, permettant de garantir un taux de défaillance très faible. L’intégralité du processus est très fluide, chaque circuit imprimé étant transféré d’une machine à l’autre, de manière automatisée la plupart du temps.

La partie la plus intéressante de notre visite a eu lieu à l’étage supérieur, où des finitions étaient apportées aux produits à assembler et à tester. Nous avons vu des bancs de test que nous n’avions jamais observés auparavant.

Même si cela nous a d’emblée paru très artisanal, cette approche s’est révélée très efficace. Ils détournent ainsi toutes sortes d’objets pour leurs tests : des tablettes dotées d’applications Android personnalisées pour générer divers stimuli et différentes configurations de signaux dans le but d’interagir avec le circuit imprimé, des imprimantes de caisse pour la traçabilité, des claviers de caisse, des écrans LCD à bas prix et des multimètres, Raspberry Pi et même Arduino lorsque cela est pertinent. Nous avons pu observer certains bancs de test encore plus incroyables dans d’autres usines, ainsi que la vaste utilisation de multimètres analogiques associés à certains composants électriques numériques pour flasher le firmware.

Raspberry Pi

 

Nous avons également pu observer certains environnements de tests plutôt insolites tels qu’une cage de Faraday à taille humaine où les opérateurs peuvent se rendre et tester manuellement les appareils RF.

Lorsque vous avez des centaines d’appareils BLE en fonctionnement dans l’ensemble du bâtiment, ces cages peuvent se révéler utiles pour certaines mesures spécifiques.

 

L'usine de moulage par injection plastique

Même si cela ne fait pas partie de nos compétences premières (des experts nous assistent sur ces questions), nous étions curieux de nous rendre dans des usines de moulage par injection plastique.

Nous avons ainsi visité une usine plutôt importante dotée de dizaines de grandes machines de moulage par injection capables de produire des pièces de haute qualité destinées pour des produits de couleur blanche. Aspect le plus frappant : processus de moulage par injection mis à part, la plupart des tâches étaient manuelles.

En réalité, on nous a dit que l’automatisation de certains processus pouvait se révéler très fastidieuse et produisait de très mauvais résultats. La dextérité humaine se révèle beaucoup plus efficace.

 

Marché de Huaqiangbei

Le quartier de Huaqiangbei a été l’un des aspects les plus intéressants de notre visite. Le marché de l’électronique s’étend sur plusieurs bâtiments très vastes qui réunissent de nombreux étals à chaque étage. Il s’agit de l’un des marchés les plus grands du monde. Nous avons passé un après-midi dans le quartier de Huaqiangbei et nous n’avons parcouru qu’une infime partie de ce groupe de bâtiments.

Toutes sortes d’articles sont disponibles sur ce marché : composants électroniques flambants neufs ou composants de récupération, écrans LCD, téléphones assemblés et autres articles technologiques, équipements de test, composants rebutés des lignes de fabrication, puis réparés, ou encore circuits imprimés sur lesquels seul l’un des composants n’est pas conforme aux tests… Vous avez la possibilité d’acquérir l’ensemble de ces articles par unité ou par lot.

Nous nous sommes lancé un petit défi lorsque nous étions là-bas : dénicher un composant spécifique que nous avions des difficultés à trouver (20 semaines de délai de livraison en Europe via le réseau de distribution habituel ou à un tarif dissuasif de 9 $ auprès de certains courtiers européens, avec une faible disponibilité). En moins de 30 min, nous avons trouvé une boutique disposant de grandes quantités de ce composant à un tarif unitaire de 4,50 $, pour une livraison en 3 jours.

La disponibilité immédiate de composants destinés au prototypage ou à la fabrication est l’un des atouts de cet écosystème. En Europe, nous devons patienter des jours entiers dans le meilleur cas (des semaines sinon), avec le risque de recevoir un composant qui ne correspond pas. À Shenzhen, il vous suffit de vous rendre au marché et d’acheter ce dont vous avez besoin immédiatement. C’est pourquoi HAXLR8R (incubateur hardware) ou encore seeedstudio sont présents dans ce marché.

Pour obtenir un meilleur aperçu de certains des articles que vous pourrez y trouver, je vous suggère de regarder la vidéo de la personne qui a assemblé son propre iPhone à partir de composants qu’il a achetés dans ce marché.

 

Vous pouvez également consulter le guide Essential Guide to Electronics in Shenzhen de Bunnie pour préparer votre visite.

 

L'aspect humain

Au-delà des aspects technologiques, il existe des êtres humains. Dans l’ensemble des sites de production que nous avons visités, les ouvriers dorment dans des dortoirs construits tout autour du site et vivent ensemble. L’ensemble de leurs dépenses quotidiennes sont prises en charge par l’usine et ils disposent ainsi de l’intégralité de leur salaire sous forme d’économies ou de revenus disponibles.

Le salaire mensuel minimum dans la région de Shenzhen est compris entre 1 500 RMB et 2 030 RMB (env. 190 € et 260 €) pour 40 heures par semaine. Les entreprises qui ne sont pas en mesure de payer les heures supplémentaires de leurs ouvriers ont des difficultés à fidéliser ces derniers. La plupart des ouvriers sont issus de provinces reculées et ont un seul objectif : gagner de l’argent et partir.

En réalité, après le Nouvel An chinois, le taux de renouvellement du personnel est de près de 40 %. Après cette période, il faut 2 à 3 semaines pour retrouver un niveau de production digne de ce nom (ce qui reste extrêmement rapide !). Nous avons probablement sélectionné de bons sites de production pour notre visite, mais, d’un point de vue général, d’après ce que nous avons vu, les conditions de travail étaient bonnes et les employés semblaient satisfaits.

Autre constat intéressant : la plupart de ces sites de production employaient des femmes comme opérateurs. Selon les employeurs, les femmes sont préférées pour leur dextérité et pour leur capacité à apprendre plus rapidement.

La communication en Chine n’est pas chose aisée. Peu de personnes parlent l’anglais et leur accent rend parfois la compréhension difficile. Nous nous sommes retrouvés à esquisser des croquis sur un tableau blanc en les accompagnant de quelques mots clés techniques et d’équations pour communiquer avec les ingénieurs.
Par rapport à quelques années auparavant, nous avons aujourd’hui à notre disposition de puissants appareils de traduction qui se sont révélés très utiles dans de nombreuses situations. Je pense que la langue n’est aujourd’hui plus un obstacle majeur pour se rendre en Chine.

 

La question de la propriété intellectuelle

D’un point de vue des droits de propriété intellectuelle, il est vrai que peu d’attention est accordée aux brevets, savoir-faire et secrets de fabrication, qui sont échangés en famille, entre collègues ou entre amis. Le phénomène Shanzai (contrefaçon) est très perceptible, mais il va bien au-delà de cela. La libre circulation des connaissances est actuellement en train de transformer Shenzhen en un écosystème d’innovation autosuffisant unique en son genre. Bunnie lui donne le nom de Gongkai.

Il existe un nombre de plus en plus important d’innovateurs chinois tels que DJIXiaomi ou Espressif qui révolutionnent aujourd’hui complètement leurs marchés.
Cela est fondamentalement différent des concepts de propriété intellectuelle en vigueur dans les pays occidentaux. Je pense personnellement que les brevets représentent un moyen de ralentir la copie, sans pour autant y mettre fin ou empêcher l’échange de produits contrefaits. La véritable solution consiste à innover beaucoup plus rapidement, en proposant toujours la toute dernière génération de produits avec une forte image de marque.

 

Conclusion

Shenzhen est l’un des endroits les plus fascinants du monde si vous évoluez dans le secteur du hardware. Ce qui se résumait au départ à une immense usine pour les entreprises séduites par une main-d’œuvre à bas prix s’est transformé en un écosystème hardware unique et très bien établi, non seulement en mesure de produire n’importe quel composant à grande échelle, mais également d’innover. Je suis convaincu qu’il est impossible de reproduire cet écosystème à un autre endroit. Shenzhen est la meilleure région du monde pour fabriquer votre produit pour les motifs suivants :

  • L’intégralité de la chaîne logistique du hardware se concentre dans un rayon de quelques centaines de kilomètres.
  • Vous pouvez avoir accès à certains composants que vous ne trouverez nulle part ailleurs.
  • Les ouvriers sont généralement très qualifiés.
  • Dans certains domaines, un savoir-faire unique est utilisé.
  • Il ne s’agit pas des sites de fabrication les moins chers, mais ils restent toutefois abordables.

Shenzhen a développé un site de grande envergure qui attire de plus en plus de personnes, de ressources et de savoir-faire. Tenter de rivaliser est un non-sens complet. Nous devrions, à l’inverse, essayer d’établir des réseaux et nous mettre en relation avec l’écosystème de Shenzhen, en s’en inspirant et en en tirant le meilleur.

Cela étant dit, il existe un grand nombre de paramètres à prendre en considération avant de vous rendre en Chine pour votre produit. Rtone peut vous aider à y parvenir !

Vous voulez en savoir plus sur Rtone ? Contactez un de nos experts !

Contacter un expert